Pour ce premier « billet » et avec l’arrivée du printemps, nous avons décidé de vous faire profiter de super prix sur nos Bracelets Macramé mais avant que vous ne visitiez nos pages, je me propose de vous faire une petite présentation de ces bracelets.

Qu’on les appelle Bracelets Brésiliens ou Bracelets Macramé, ces petits bracelets en fibres textiles sont les incontournables de nos étés (et printemps !). A la mode depuis les années 1980, quand on pense Vacances, Plage, Surf c’est automatique on pense : Bracelets Brésiliens !! Quelle est exactement l’origine de ces bracelets? Dans quels pays sont-ils fabriqués? Par qui ? Comment et avec quels matériaux? Autant de questions auxquelles je vais tenter d’apporter quelques éclaircissements.

Mais attardons-nous un instant sur ce qu’inclut le terme « Bracelet Brésilien » ? En effet, derrière ce terme se cachent énormément de types de bracelets différents. Ils ont tous des histoires et des origines diverses et variées et ne viennent, à coup sûr, pas tous du Brésil... En voici quelques exemples que j'ai pu photographier.

Différentes sortes et types de

Dans cet article, je vais uniquement vous parler des « Bracelets Macramé ».

type-différent-bracelet-bresilien-macramé

Trois largeurs différentes de Bracelet Macramé

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces bracelets parfois qualifiés de « brésiliens » ne sont, en réalité, pas plus brésiliens que vous et moi...  En effet, ce n’est pas au Brésil que se rencontre ce type de bracelet mais dans d’autres pays d’Amérique comme le Mexique, le Pérou ou encore la Bolivie. Nos bracelets proviennent, quant à eux, du Guatemala !

Le Guatemala est un pays avec une tradition de tissage ancestrale et encore aujourd’hui la fabrication des tissus et étoffes tient une place très importante dans l’économie du pays. Il faut savoir que les femmes indigènes d’origine Maya tirent du tissage une bonne partie de leurs revenus (le Guatemala est avec le Mexique le berceau de la civilisation Maya). Ces femmes apprennent très jeunes à tisser leurs tenues traditionnelles Mayas appelées Huipil. Le Guatemala possédant une grande proportion de population d’origine indigène, environ 40% de la population du pays, on comprend facilement que l’activité de tissage est omniprésente dans ce pays. Ainsi, sur tous les marchés du pays, on peut retrouver le fruit de leurs labeurs : dessus de lit, nappes, foulards, coussins, ceintures, et bien entendu ... des Bracelets Macramé.

Au Guatemala, ces bracelets sont très répandus et cela est d’autant plus vrai que l’on se trouve dans les zones montagneuses habitées par les peuples Mayas. Il est plus rare de trouver ces bracelets dans les plaines ou la jungle. Les femmes des alentours du lac Atitlan sont les principales pourvoyeuses de Bracelets Macramé du Guatemala.

Abordons maintenant les méthodes de fabrication de ces Bracelets Macramé.

Premièrement et comme vous devez vous en douter, ils sont composés de fils textiles. Anciennement, les fibres les plus utilisées (au Guatemala) étaient la laine et le coton mais actuellement les fibres synthétiques, tel que le nylon, plus résistantes, ont supplantées les fibres naturelles. De plus, les couleurs des fils de nylon sont souvent plus durables dans le temps que les couleurs des fibres naturelles (cela dépend bien évidemment des méthodes de fabrication des fils...). Malgré tout, le coton, la laine ou la soie sont encore ponctuellement utilisés en raison de leur qualité de souplesse supérieure à celle des fibres synthétiques.

Des fils de Coton (fils sans bobine sur la photo), des fils de Soie (bobines moyennes) et des fils Nylon (grosses bobines)

Maintenant, parlons rapidement de la technique du Macramé. Celle-ci consiste à nouer, à faire des nœuds entre les différents fils utilisés pour le tissage du bracelet. L’enchainement des nœuds est à réaliser en fonction des motifs souhaités. Il existe de très nombreux « tuto » à ce sujet.

technique-macramé-bracelet

Exemple : Les étapes à suivre pour faire un bracelet Macramé avec un motif "chevron"

Ensuite, pour faire des bracelets doubles/Medium ou des Manchettes, il suffit d’employer un plus grands nombre de fils (proportionnel à la largeur désirée).

Après avoir lu le précédent paragraphe, on comprend facilement qu’il n’est pas possible de réaliser ce type de bracelet à la machine. Seul un travail manuel minutieux et de longue haleine permet la réalisation de ces Bracelets Macramé. Il faut savoir que la fabrication d’un seul bracelet étroit prend au minimum 2 heures pour quelqu’un de très aguerri. Je vous laisse donc calculer le temps nécessaire à la fabrication des doubles ou des manchettes...

Pour finir, je voulais aborder la question du prix de ces bracelets. En effet, on retrouve sur les marchés Européens et sur les sites internet des bracelets « Brésiliens » à tous les prix : Mais comment analyser cette hétérogénéité de prix?  Je vois plusieurs explications à cela.

Premièrement, on peut constater que la plupart des bracelets bon-marché sont réalisés avec peu de fils (3 ou 4 fils uniquement). Cela se voit facilement en observant l’épaisseur, la largeur ou encore le nombre de couleurs du bracelet. On comprend facilement que moins il y a de fils et plus vite sera terminé le bracelet et comme le temps, c’est de l’argent...

Deuxièmement, les écarts de prix peuvent aussi s’expliquer par le nombre de manipulations à réaliser avec les fils. En effet, avec les Bracelets Macramé du Guatemala, il faut réaliser un nombre de nœuds très important pour réaliser un bracelet alors que d’autres Bracelets : type rond, cordon, zig-zag, ... beaucoup plus simples sont bien plus rapides à fabriquer.

bracelet-macramé-loupe-noeuds

Ici, en gros plan, on peut voir le nombre de noeuds important qui compose un Bracelet Macramé. Fait Main obligatoirement !! 

différents motifs bracelet brésilien macramé

Là, quelques exemples de motifs pour Bracelets Macramé

Enfin, il y a aussi des raisons plus mercantiles. Par exemple le prix d’achat par le commerçant et les quantités achetées jouent beaucoup sur le prix de revente. Plus vous en achetez et moins vous paierez cher. De même, et vous vous en doutez tous, le prix dépendra de la marge finale réalisée lors de la revente au consommateur.

Nous concernant, nous n’avons pas souhaité passer par des grossistes Guatémaltèques mais nous avons, plutôt préféré travailler directement avec les créatrices de ces bracelets quitte à acheter de plus petites quantités et mieux rémunérer nos partenaires... C’est sans doute ce que l’on appelle : «commerce équitable ». 

Voilà ; j’espère que cet article vous aura plu et je vous laisse maintenant jeter un œil à nos bracelets non pas Brésiliens mais Macramé... 

A bientôt sur www.hiilos.com